Apple et MacBook Pro ? bienvenue dans l’informatique jetable !

MacBook Pro ? De jolies machines !

Apple a annoncé récemment (juin 2012) la sortie de la nouvelle gamme de ses nouveaux modèles d’ordinateurs portables, les MacBook Pro.

Design agréable, faible épaisseur, noblesse de certains matériaux (en particulier un boitier en aluminium), les MacBook Pro 2012 sont dotées d’une apparence flatteuse.

Sur le plan technique, ces ordinateurs portables sont dotées de disques durs rapides (SSD) et surtout d’écrans Retina Display, technologie empruntée aux appareils iOS (depuis l’iPhone 4), ce qui, avec une résolution de 220 pixels par pouces constitue une première pour un écran d’ordinateur.

Ces deux technologies sont donc les principales nouveautés mises en avant par la firme à la pomme. Pour le reste, hormis le système d’exploitation, il s’agit de PC avec un excellent niveau de performance (le contraire serait surprenant avec comme base un processeur intel core i7), quoique sensiblement plus chers que la concurrence (35 à plus de 50 %), avec un tarif de base à 2279 €.

 

MacBook Pro gamme 2012 ? La révolution de l’informatique jetable !

Un ordinateur, qu’il soit portable ou pas, n’est guère qu’un assemblage de composants électroniques au sein d’un boitier. Il est ainsi possible de faire évoluer ou de réparer sa machine en remplaçant tout ou partie de ses composants.

Cependant, dès 2009, Apple avait introduit une nouvelle batterie pour ses modèles de MacBook Pro. Censée offrir une meilleure autonomie, celle-ci était également rendue inamovible en étant soudée à la carte mère, tout remplacement nécessitant donc l’intervention du service après vente d’Apple, avec des tarifs importants (129 à 199 €).

Pour cette nouvelle gamme de MacBook Pro version 2012, Apple a décidé d’enfoncer le clou : la batterie est également soudée à la carte mère (avec un remplacement facturé 199 €), de même que les barrettes mémoire. Le disque dur SSD est équipé d’une prise propriétaire (non standard), et ne pourra donc pas être changé pour un autre modèle que celui proposé par Apple. Et devinez quoi ? c’est plus cher chez Apple que tous les autres modèles de même technologie et de même capacité.

Ainsi, de la conception même du boitier, à l’utilisation de vis spéciales, de colle, en passant par des composants non standards, tout dans ces nouveaux MacBook Pro à été pensé, étudié et réalisé pour que de nombreux composants s’avèrent totalement impossibles à remplacer. C’est par exemple le cas du fameux écran Rétina Display, dont tout dysfonctionnement nécessitera le fait de… changer d’ordinateur !

Avec ces MacBook Pro 2012, nous sommes bel et bien face à des matériels qui, bien que forts couteux, sont si mal réparables que l’on approche de la notion d’informatique jetable.

 

Apple comme acteur majeur de pollution technologique inutile

Bien entendu, ce comportement en dit long sur les intentions d’Apple en tant qu’acteur majeur de l’économie mondiale. En effet, en ces temps de prise de conscience des enjeux écologiques liés à l’utilisation d’appareils technologiques, Apple, non content de faire produire ses appareils dans des conditions écologiques et sociales déplorables, décide à l’évidence d’accroitre sa politique d’obsolescence programmée. Le pire étant toutefois de penser combien cette politique est efficace sur le plan marketing : tous les appareils iOS ont été conçus dans la même optique, ce qui n’a jamais freiné les ventes, faisant d’Apple l’un des principaux producteurs mondiaux d’appareils technologiques à durée de vie volontairement raccourcie, et, de fait, un des acteurs majeurs de la pollution technologique planétaire.

Articles similaires :

5 Commentaires

  1. Merci pour cet article, je le diffuse chaque fois que j’en ai l’occasion.

    Pour info, je travaille (très à contre-coeur) avec un MacBook Pro au bureau et, en dépit de son prix, c’est une machine à laquelle il manque pas mal de choses. Quant à la fiabilité… deux machines en panne en 3 mois : une de moins d’un an (un Imac) et une sortie de sa boîte (un autre MacBook Pro).

    Comment peut-on acheter à prix d’or ce matériel médiocre (oui, médiocre) ?

  2. « Apple l’un des principaux producteurs mondiaux d’appareils technologiques à faible durée de vie »

    Mouais. Je ne suis pas particulièrement pro-Apple, étant extrêmement déçu par leur politique morale (notamment en Chine, avec Foxconn), mais je vois là un peu de mauvaise foi. Entièrement d’accord avec le reste de votre article, je ne peux malheureusement pas étayer cet argument (qui est en vérité une assertion), ne serait-ce que par expérience: j’ai possédé un nombre incalculables de PC portables (toutes marques confondues, Toshiba, HP, Asus) et un seul macbook pro. Là où les terminaux windows m’ont coûté bonbon en réparation et upgrades en tout genre, le Macbook tourne encore comme au premier jour, après 2 ans d’utilisation, et je ne suis pas quelqu’un de particulièrement attentif (ce qui explique notamment pourquoi je changeais sans cesse de PC windows). Beaucoup de mes connaissances ont eu des ordinateurs similaires (Apple, donc) pendant des periodes prolongées de 5 à 7 ans avant de les remplacer. Obsolescence programmée, peut-être, mais il s’agit plutôt là d’une obsolescence esthétique et sociétale qu’une véritable obsolescence technique. Ainsi, mon iPod video qui date de 2007 fonctionne à merveille …

    Les produits Apple sont effectivement difficilement réparables. Quand ils le sont, c’est très coûteux, mais ça ne suffit pas à qualifier la durée de vie d’un appareil. Ce serait omettre le fait que ces engins sont bâtis pour durer. Il me semble que l’institut Gartner a d’ailleurs établi que le coût total de possession était sensiblement inférieur chez les ordinateurs de la famille mac… (à confirmer, je n’en suis pas sûr). Il serait intéressant, en outre, de comparer la quantité d’ordinateurs Apple qui passent par les cellules de démantèlement avec celle des ordinateurs des principaux concurrents, et d’équilibrer le tout en fonction des parts de marchés de ces entreprises. Cela nous donnerait des indicateurs réels, pour une fois, de leur durées de vie et de leur capacités polluantes respectives, et nous éviterait de nous baser sur les « constats » subjectifs et rarement étayés que les articles web nous assènent à coup de marteau piqueur.

    Quitte à attaquer Apple, faites-le sur des domaines appropriés, comme l’emploi des ressources humaines en Chine, largement sous-médiatisé.

    • Je ne vois guère dans cet article de mauvaise foi. Davantage, par contre, d’écœurement par rapport au comportement d’Apple, qu’il s’agisse effectivement de son comportement sociétal que là, en l’occurence, pour l’aspect écologique et éthique de ses productions.

      Je n’ai pas écris directement sur les immondes pratiques sociétales de cette firme, cela a déjà été très largement évoqué par ailleurs : beaucoup de personnes ont pû aujourd’hui entendre parler des conditions de vie et de travail des petites mains de chez Foxconn, avec des taux de suicide importants.

      Pour en revenir à ces aspects éthiques et écologiques (sujet de départ de l’article), je reproche clairement à Apple d’avoir tout fait, dès la conception de ces macbook pro retina, pour rendre leur réparation ou leur amélioration impossible en dehors des ateliers agréés par Apple, quand cette réparation ou cette amélioration est possible, ce qui est loin d’être toujours le cas. Vous vous plaignez d’avoir dû payer cher les réparations de vos pc. C’est normal, si, comme cela semble être le cas, vous ignorez comment procéder, une intervention sur un portable nécessite de la main d’oeuvre et cela se facture.
      Vous avez apparemment aussi pu les upgrader. Cela ne sera pas le cas avec un macbook pro retina, et c’est bien ce que je reproche à Apple.

      Par ailleurs, j’ai vu un nombre très important de pc portables (certes, plutôt de qualité) être trimballés de nombreuses années, pas toujours avec tendresse, particulièrement dans les gammes pro de fabricants renommés, pour des coûts d’achats bien moindres, ce qui donne quelques doutes quant à la sincérité des études sur les coûts de possession comme celle de gartner.

      Pour le reste, en terme de « constat subjectif et rarement étayé asséné à coup de marteau piqueur », merci de diversifier vos sources : cela vous permettra de vous rendre compte que chaque information de cet article est avérée, vérifiée.

      Pour conclure, je pense que je vais réfléchir, dès que j’en aurais le temps, au fait d’écrire un papier sur les conditions de productions des produits apple, merci pour l’idée.

  3. Pour ceux qui veulent savoir, des ordis ramant misérablement sous windows tournent beaucoup mieux et plus longtemps sous linux. L’obscolescence windows aussi ca existe

Laisser un commentaire

  • Social