Nucléaire: les partisans de l’atome neutralisent le débat

En dépit d’une opinion publique alarmée par Fukushima, les hérauts du nucléaire, présents aux postes clés de la fonction publique et des grandes entreprises, continuent de donner le la de la politique énergétique.

En dépit d’une opinion publique alarmée par Fukushima, les hérauts du nucléaire, présents aux postes clés de la fonction publique et des grandes entreprises, continuent de donner le la de la politique énergétique.

C’est l’histoire d’un grand débat démocratique qui s’est noyé dans les calculs boutiquiers et politiques d’une campagne présidentielle. En théorie, la catastrophe de Fukushima devait permettre de poser sereinement la question de l’hypertrophie de l’industrie nucléaire française, alors que 75 % de l’électricité produite dans l’Hexagone proviennent de l’atome, un record mondial. Las, le débat a tourné court.

Le lobby nucléaireEDF, avec ses 65,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011 et ses 158 000 salariés, et ses centaines de sous-traitants. Le secteur nucléaire fait vivre près de 400 000 salariés sur tout le territoire.Ses relais syndicaux: la CGT (650 000 adhérents) est l’un des plus fervents défenseurs de l’atome.

Certes, le consensus historique national en faveur de l’atome s’est fissuré, et des voix prônant un modèle alternatif crédible se sont fait entendre. Pour autant, le modèle français du tout nucléaire n’a pas été fondamentalement remis en cause.

Lire la suite : Nucléaire: les partisans de l’atome neutralisent le débat – LExpansion.com.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

  • Social