Une plongée dans l’univers néo-nazi slave, aujourd’hui

Les images proposées ci dessous sont tirées d’un photo-reportage consacré à « Slavianski Soyz », la principale organisation néo-nazie russe. Ce travail a été réalisé en 2007 par Guillaume Herbaut, un photo-reporter largement primé et reconnu.

Pour saisir le contexte de prise de vue de ces photographies, une petite traduction de la page présentant ce travail :

Il vous donne un rendez-vous dans le Nord de Saint-Pétersbourg, sur parc sombre, en face d’un cinéma abandonné, un lieu où l’on n’a généralement pas envie de traîner. Il est blond, cheveux courts, grand et osseux. Il porte un manteau noir. Dimitri Mikhaïlov ressemble à un garçon calme et ordinaire de Saint-Pétersbourg, l’ancienne ville des tsars. Il est le chef régional de l’Union Slave, traduction de «Slavianski Soyz», organisation également connue sous le nom de SS.

«Oui, Hitler était l’ennemi de la Russie», dit-il, «mais son idéologie était juste. La seule solution pour la Russie est une dictature populaire de type national-socialiste. »Il parle tout en se caressant son anneau gravé du symbole SS. L’organisation créée par Dimitri Demouchkine existe depuis 1999. «Nous sommes 80 militants actifs à Saint-Pétersbourg, mais nous pouvons réunir 200 personnes facilement. A Moscou, nous avons 1000 membres. La plupart d’entre nous sont d’anciens skinheads fatigués de frapper des nègres dans la rue sans idéologie. L’organisation ne revendique officiellement aucune quelconque attaque, les militants font cela de façon indépendante. Nous ciblons nos attaques, suivons la prochaine victime, cherchons à connaître ses habitudes, puis nous la battons, sans prendre le risque d’être arrêtés ou reconnus. Nos objectifs sont les militants anti-fascistes.»

Selon le Sova Ngo, spécialisée dans l’étude de la xénophobie en Russie, il y avait eu 546 agressions racistes en Russie parmi lesquels cinq meurtres et 92 attaques à Saint-Pétersbourg lui-même, entre Janvier et Octobre 2007, provoquant la mort de 56 personnes. Selon les chiffres officiels, il y aurait 150 groupes extrémistes en Russie, avec plus de 5000 membres. Mais les ONG pensent qu’il y aurait environ 50 000 personnes impliquées dans des actions de violence racistes.

Site officiel de Guillaume Herbaut.

Articles similaires :

Un Commentaire

  1. Ils sont au courant que Hitler aimaient pas trop les slaves et les prenais un peu pour de la merde ?

Laisser un commentaire

  • Social