« Têtes de caractère », de Franz Xaver Messerschmidt : la beauté du laid

Franz Xaver Messerschmidt est un sculpteur germano-autrichien ayant vécu au XVIIIe siècle. Né en Bavière, il commence l’apprentissage de son métier dès l’âge de 10 ans chez un oncle qui gérait le plus grand atelier de sculpture de la région. Il poursuit sa formation dans un autre atelier avant de se rendre à Vienne où, après un passage remarqué aux beaux-arts, il décide de s’installer.

Très vite, Franz Xaver Messerschmidt se fait remarquer, non seulement par sa parfaite maîtrise technique mais aussi par un style qui lui est totalement propre, où il mélange la tradition du rococo tardif viennois avec une composition très frontale de ses portraits qui donne du sujet une impression de puissance et d’importance, sans avoir recours à l’artifice de la représentation des attributs du pouvoir.

C’est donc assez naturellement que le sculpteur devient ainsi non seulement le portraitiste en titre de la famille régnante, mais aussi le préféré de l’aristocratie, de la bourgeoisie et de l’intelligentsia viennoise.

L’homme est alors au sommet de sa gloire : il vit de manière confortable, possède son propre atelier, voyage à l’étranger, comme lorsqu’il fit un séjour d’étude de plusieurs mois en Italie, qui lui permet de découvrir la statuaire romaine, qui le frappa et l’influença fortement. Il occupe le poste de professeur assistant de Jakob Landstrasse, le professeur de sculpture de l’Académie Royale de Vienne.

D’ordinaire, l’assistant prend la place du titulaire à son départ. Mais tel ne fut pas le cas : Franz Xaver Messerschmidt est écarté non seulement du poste, mais aussi de l’Académie, pour avoir manifesté des problèmes psychiques. L’homme se dit continuellement persécuté physiquement et psychologiquement par des esprits, qu’il s’entraîne à combattre en se pinçant le corps et en grimaçant, attitude que malheureusement il ne se cantonne pas à réserver à la sphère privée… C’est à cette période que l’artiste semble avoir commencé à travailler à des sculptures de bustes aux personnages grimaçants, qui deviendront les fameuses « Têtes de caractère« .

Profondément blessé, Franz Xaver Messerschmidt se voit en plus contraint de quitter Vienne : la vie y est pour lui devenue trop chère, les commandes ne venant plus. Il repart donc dans le village de son enfance, où il ne trouve même pas de place dans la maison familiale : il vit et travaille désormais dans une cabane, en compagnie de ses premières « Têtes de caractères » grimaçantes, et continue à en produire. Quelques mois plus tard, nouveau départ, pour Munich cette fois, puis retour près de Vienne, où il reçoit à nouveau quelques commandes, mais vit dans la pauvreté et finit par mourir d’une pneumonie.

Les têtes de caractère

Une affiche représentant les Têtes de Caractère

Nul ne sait combien l’artiste a produit de Têtes de caractère. C’est le frère de Franz Xaver Messerschmidt, qui avait été chargé de récupérer ses affaires après sa mort qui vendit une série de 49 Têtes de caractères, dix ans après la mort de l’artiste.

L’acheteur les expose à Vienne, où elles seront numérotées et baptisées d’un titre souvent grotesque et caricatural, pour permettre au public de les identifier facilement. C’est avec ces noms de conventions qu’elles sont encore aujourd’hui présentées.

Ces Têtes de caractères sont donc des portraits sculptés faits d’albâtre ou de métal avec des alliages à base d’étain ou de plomb. Ces sculptures ne sont pas des autoportraits : si l’artiste ne disposait pas d’autre modèle que lui-même, chacune des Têtes de caractère est en effet différenciée par rapport aux autres. Ces œuvres représentent la quintessence de l’art de son époque : méticulosité et précision quasi chirurgicale dans le rendu physique, qui marque une totale maîtrise de la physionomie, incroyables expressions des passions et tensions de l’âme, leur exposition au public eu un impact puissant, qui demeure encore aujourd’hui, en influençant le travail de nombreux artistes.

La mauvaise herbe aime vraiment ces expressions d’humanité :

Articles similaires :

2 Commentaires

  1. Retour PingFranz Xaver Messerschmidt, « Les têtes de caractère , 1770 | «raphaelbeauxarts

  2. Retour PingFranz Xaver Messerschmidt, l’art de la grimace | Mille portraits

Laisser un commentaire

  • Social