Duels de logos de marques concurrentes par Stefan Asafti

La mauvaise herbe aime bien les logotypes (ou logos), ces images destinées à représenter graphiquement une marque, une institution ou une organisation.

Un logotype présente en effet certains intérêts : conçu pour coller aux gouts du public à un moment donné, il donne à apprendre sur son temps, et, représentation graphique de la vision que souhaite inculquer au public les entités qu’il représente, il dévoile un peu les intentions de celles-ci.

C’est ainsi, qu’après avoir pu observer l’évolution au fil du temps des logos de marques internationalement connues, ou rire du détournement de logos pour mieux coller à la réalité des marques, voici à présent ici le travail de Stefan Asafti.

Ce créatif multicarte roumain a créé Brandversations, un acronyme anglais tiré de Brand (marque en français) et de conversation. Pour établir cette « conversation » entre marques, Stefan Asafti a choisi comme protagonistes de ses duels parmi des marques internationalement connues, telles que Pepsi et Coca Cola, Mc Donalds et Burger King, Microsoft et Apple, Internet Explorer et Firefox… et les a présentés visuellement en s’inspirant fortement des codes publicitaires des années 1940 et 1950, tant pour la composition des affiches que pour le choix des slogans et la typographie.

Brandversations est une véritable réussite sur le plan graphique, avec néanmoins une tendance curieuse : sur ces affiches, la présentation du logo entièrement fabriqué avec les éléments d’un autre a beau faire naitre une petite confusion, il n’en reste pas moins que nous identifions presque immédiatement  le logo et sa marque. Et c’est sur les détails que l’on est contraints de se concentrer pour mieux les percevoir, tandis que le cerveau, à déjà reconnu… ce qu’il est conditionné à reconnaître, aidé en cela par une vie assujettie au matracage omniprésent, insidieux et très efficace des plans communications des grands groupes financiers de la planète.

Le slogan présent sur chacune des affiches « We all have something in common » (« nous avons tous quelque chose en commun »), nous le suggère assez : l’élément commun à l’humanité aujourd’hui serait de type culturel. A condition que la publicité puisse être considérée comme un élément de culture…

Brandversation par Stefan Asafti :

Brandversation, par Stefan Asafti.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

  • Social