Virus, parasites et bactéries néfastes à l’homme… en verre soufflé, par Luke Jerram

Artiste multidisciplinaire, Luke Jerram est à la fois sculpteur et un créateur d’installations qui s’est fait connaître à la suite d’exhibitions, par exemple dans la ville de New-York, en laissant, dans la rue, des pianos à disposition des gens.

Les images de la galerie ci-dessous sont des photographies de ses dernières œuvres : des reproductions en verre soufflé d’agents pathogènes pour l’espèce humaine. Au menu, la très tendance bactérie Escherichia coli, les virus des grippes porcine (H1N1) et aviaire (H5N1), le coronavirus du SRAS, le plasmodium (petit parasite inoculé par un piqure d’insecte et responsable de la malaria), le virus du SIDA, Le bactériophage T4, le virus de la variole, et enfin, un virus imaginaire.

Pour réaliser ces œuvres, Luke Jerram s’est fait aider et conseiller par les virologues de l’Université de Bristol, en utilisant une combinaison de photographies et de modèles scientifiques. Luke Jerram a confié la réalisation des pièces à trois souffleurs de verre professionnels : Kim George, Brian Jones et Norman Veitch.

Ces sculptures de microbiologie ont été largement récompensées, entre autres par un prix d’imagerie médicale, une bourse du Musée du Verre de Washington et par des expositions dans différents musées, tel le Mori de Tokyo.

Glass Microbiology, par Luke Jerram

Site officiel de Luke Jerram, avec une présentation de ses autres réalisations, Glass Microbiology, le site web consacré à cette exposition, montrant les différentes sculptures de cette exposition avec plus de détails, et dévoilant un peu les coulisses de cette production.

Articles similaires :

Un Commentaire

  1. Retour PingMagnifique: du verre pour des microbes | SVT au Lycée Maupassant

Laisser un commentaire

  • Social