Économie : Prix de l’électricité, tendances haussières, avec ou sans nucléaire | Developpement Durable

72 % des Français ne veulent pas payer leur électricité plus cher pour sortir du nucléaire. Cela fait une manchette en page deux du Monde daté du 15 avril. Ainsi 72 % des Français ne seraient pas prêt à accepter une augmentation du prix de l’électricité pour sortir du nucléaire, selon une étude Opinion Way du 13 avril. Toutefois, selon la même étude, une majorité de Français (57 %) se déclare néanmoins favorable à l’arrêt du nucléaire.

Paradoxale ? L’étude est intéressante comme une photo de l’opinion, selon la classe sociale et le positionnement politique. Oui à une sortie du nucléaire mais sans payer plus cher, voilà l’état majoritaire de l’opinion. Toutefois, l’étude est largement biaisée car elle se garde bien d’évaluer le coût du maintien de l’option nucléaire. C’est là une manipulation de l’atom’cratie.

La limite de l’étude est de ne présenter l’augmentation des prix de l’électricité qu’en regard de la sortie du nucléaire. Alors que le maintien de l’option nucléaire va mécaniquement augmenter les coûts de l’électricité, pour prolonger la durée de vie des centrales, faire des provisions conséquentes pour leur démantèlement et le stockage des déchets ultimes. Et ce, sans compter les dépenses de sûreté dues au retour d’expérience de Fukushima. Soit un mur de plusieurs dizaines de milliards d’euros pour l’option nucléaire – qui coûtera que l’on sorte progressivement de l’atome ou qu’on maintienne l’option active à plein – qui va devoir nécessairement être intégré dans le prix du kWh d’EDF.

Lire la suite : Économie : Prix de l’électricité, tendances haussières, avec ou sans nucléaire | Developpement Durable.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

  • Social