Comment la France est devenue nucléaire et nucléocrate | Slate

Dans une interview accordée au Monde, le 25 mars dernier, Valéry Giscard d’Estaing assumait pleinement le choix du nucléaire civil, engagé sous Pompidou et poursuivi résolument sous son septennat.

«Ce choix a été débattu dans les enceintes compétentes, et les meilleurs ingénieurs du pays y ont été associés. Il a été validé scientifiquement et politiquement  –y compris par le Parti communiste, qui se situait pourtant alors dans l’opposition. Depuis, il n’a jamais été remis en cause par les gouvernements successifs –notamment pendant les deux septennats du président Mitterrand– parce qu’il n’existe pas d’alternative!».

Ses propos, invariables depuis 40 ans, résument bien la position majoritaire en France, souvent résumée ainsi: le nucléaire ou la bougie. Mais qui sont ces enceintes compétentes, ces meilleurs ingénieurs du pays et  pourquoi n’y a-t-il pas d’alternative au nucléaire ? […]

«Dans d’autres pays, on peut avoir un débat, et comparer le nucléaire à d’autres sources d’énergie. En France, c’est impossible. Le nucléaire représente 80% de l’électricité, avec une surcapacité de près de dix réacteurs. Les raisons sont avant tout politiques. C’est lié au prestige militaire de la France, à cette idée d’indépendance énergétique et au centralisme technocrate de l’Etat.»

Comment la France est devenue nucléaire et nucléocrate | Slate.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

  • Social