Reporters Sans Frontières publie la carte 2010 de la cyber-censure – La France placée sous surveillance !

Reporters Sans Frontières publie la carte 2010 de la cyber-censure – La France placée sous surveillance !

Reporters Sans Frontières, célèbre organisation internationale pour ses actions de lutte contre la censure et la défense de la liberté de la presse, a publié récemment son rapport annuel sur la la censure en ligne ou cyber-censure.

Le classement proposé est simple car les pays sont rangés dans deux catégories : « Ennemis d’Internet » et « Pays sous surveillance ».

La seconde catégorie, dite des « pays sous surveillance », contient quelques surprises, avec certains pays dont on ne s’attendrait pas à les trouver classés là de prime abord : la France, l’Australie ou la Corée du Nord y côtoient en effet la Lybie de Kadhafi, l’ouverture politique ou religieuse du régime émirati, ou encore la liberté d’expression du régime russe..

Pour ceux qui ne se seraient pas tenus au courant de l’évolution du cadre législatif français dans ce domaine, petit rappel du contexte :

la mise en place de la riposte graduée (Loi Hadopi),

Il s’agit de la mise en place d’une surveillance systématique de l’ensemble des usagers d’Internet sur le territoire français par des sociétés de droit privé, pour relever d’éventuelles atteintes au droit d’auteur, qui, prouvées ou non (une simple présomption suffisant), entraînent une coupure de l’accès à Internet.

une législation prévoyant un filtrage administratif du Web (Loi Loppsi 2).

Ici le propos est officiellement de combattre la pédo-pornographie. Il semblerait criminel de ne pas affirmer que ce genre de cause est noble et qu’en la matière  jamais il ne faut baisser les bras.

Cependant, ce serait oublier un peu vite le fait que, partout dans le monde, les dispositifs de lutte contre la pédo-pornographie existent déjà, avec des moyens humains importants et compétents, parvenant à faire retirer du web le contenu visé, par le biais d’accords internationaux entre services de justice et de police parfaitement rodés.

En fait, curieusement, le monde n’a pas attendu que la France se réveille et ponde une énième loi sécuritaire, pour répondre à la situation. Quel mépris, vraiment…

D’autre part, ce genre de filtrage suppose l’utilisation de procédés techniques complexes, sources d’erreurs et de censure. L’Australie ou la Finlande, qui utilisaient ce genre de procédé, ont jugé l’expérience catastrophique et ont préféré l’arrêter.

Il convient de noter que le filtrage porte également atteinte à la neutralité du réseau, l’une des caractéristiques fondamentales d’Internet.

De plus,  dans le dispositif prévu pour la France, le but n’est pas de faire disparaître de la Toile les sites pédo-pornographiques. Obligation est faite aux FAI de ne pas permettre aux citoyens français d’accéder à ces sites. On pourrait légitimement supposer que la liste des sites incriminés serait bien évidement dressée par la justice française, mais ce serait mal connaître le goût de nos dirigeants pour la séparation et l’équilibre des pouvoirs. Ce sont en effet les policiers de L’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (O.C.L.C.T.I.C.) qui en ont la charge et qui devront la maintenir au chaud, c’est à dire totalement secrète, sans aucun droit de regard d’aucune autre administration ou autorité de régulation. La transparence…

Par ailleurs, en plus de s’avérer liberticide, une politique de filtrage a aussi l’inconvénient du coût : l’installation d’un système informatique complexe, les personnels chargés de sa maintenance et de son fonctionnement… Initialement prévu à hauteur de 6.7 millions d’euros, le budget annuel (!!!) d’Hadopi est passé en quelques mois, au fil de rallonges budgétaires, à quelques 12 millions d’euros, ce qui peut apparaître comme faisant un peu tâche dans un contexte de crise, qui appelle des restrictions budgétaires, des suppressions de postes dans l’Education Nationale, dans les secteurs de la santé, de la justice, etc.

Autant de moyens mis en œuvre pour un résultat nul ou négatif puisque n’importe quel geek doté d’un minimum de compétences techniques contournera la chose en quelques minutes sans même fatiguer, tandis que l’existence même d’un tel procédé suscitera une débauche de précautions supplémentaires de la part des amateurs de pédo-pornographie, complexifiant par là même le travail de la police…Une loi qui certainement fera date pour l’ensemble des points cités, mais aussi par les conditions de son vote, particulièrement démocratique, puisqu’elle fut votée par une masse de… 27 députés sur un total de 577 (nous ne connaissons pas les raisons d’un tel taux de présence dans l’hémicycle, nos élus étant dispensés de billets justifiant leurs absences, ce n’est pas parce que l’on est élu que l’on doit rendre des comptes, non ?).

Une autre raison du développement de cet arsenal législatif serait La défense d’un Internet « civilisé », qu’un certain Nicolas Sarkosy, lors de la cérémonie de vœux au monde de l’éducation et de la culture, aurait appelé de ses vœux par la mise en oeuvre d’un G20 du droit d’auteur. Le personnage aurait alors affirmé : “Je souhaite qu’avant le G20 à Cannes il y ait un sommet des pays du G20 sur la question des droits d’auteur pour que nous essayions d’avancer ensemble, pas les uns contre les autres, les uns avec les autres”. Ce G20 du droit d’auteur est censé se dérouler les 3 et 4 novembre 2011. Vu la complexité de la chose en matière de législations internationales, nationales, propres à chaque pays se rapportant aux droits d’auteurs, droits à l’image, licences d’utilisation, etc., on lui souhaite bien du plaisir…

Enfin, la situation apparait préoccupante en France également de par l’impact de récentes législations et déclarations sur la liberté de circulation de l’information en ligne qui suscitent de vraies inquiétudes. Plusieurs médias en ligne et leurs journalistes ont connu une année 2010 difficile, victimes de cambriolages (Médiapart pendant la nuit du 7 au 8 octobre 2010, Le Monde le 21 octobre 2010, Le Point à deux reprises pendant le mois d’octobre 2010, Rue 89 le 21 novembre 2010…), de convocations devant la justice et de pressions pour identifier leurs sources, pourtant protégées par la loi.

La France fait donc pour la première fois son entrée dans la liste des « pays sous surveillance » en matière non seulement d’internet, mais également du respect de la liberté de la presse. Pas terrible pour le pays se voulant le champion des droits de l’homme et des libertés fondamentales…

 

Le reste des pays de la seconde catégorie, dite des « pays sous surveillance » :

Australie

Le gouvernement n’a pas abandonné son projet de mettre en place un dangereux système de filtrage du Net, qui serait géré, de manière opaque, par une autorité administrative. Un système de filtrage draconien Après une année de tests effectués par le gouvernement, en partenariat avec les f…
Lire la fiche Australie »

Bahreïn

Les autorités avaient décidé, ces deux dernières années, de mettre en place un filtrage ciblé et d’arrêter plusieurs net-citoyens, au nom de la lutte contre le terrorisme et le maintien de la stabilité nationale. Depuis le début de l’année 2011, alors que les revendications démocratiques …
Lire la fiche Bahreïn »

Bélarus

Seul espace de liberté encore préservé, Internet vient d’être mis en coupe réglée par un décret gouvernemental en juillet 2010. La mort suspecte d’un journaliste en ligne a traumatisé la profession. A l’approche des élections, puis pendant les manifestations ayant suivi la réélection cont…
Lire la fiche Bélarus »

Corée du Sud

La Corée du Sud, ultraconnectée au Web, a renforcé sa censure des sites Internet favorables au Nord. Soucieux d’assurer le maintien de l’ordre en période de tensions politiques ou d’agitation sociale, le gouvernement emploie des moyens parfois disproportionnés et un arsenal législatif libertic…
Lire la fiche Corée du Sud »

Egypte

Sous le règne du président Hosni Moubarak, le Web échappait certes à la censure, mais les autorités exerçaient cependant une surveillance étroite des blogueurs les plus critiques, et procédaient à des arrestations régulières. A la fin du mois de janvier 2011, au plus fort de la contestati…
Lire la fiche Egypte »

Emirats Arabes Unis

Internet et les nouveaux médias ont fait la part belle en 2010 aux sujets sensibles (corruption, critiques du pouvoir, etc.), provoquant en retour une répression et une censure accrues en ligne. Les efforts engagés par les autorités pour accéder aux données des BlackBerry contredisent l’image …
Lire la fiche Emirats Arabes Unis »

Erythrée

Alors que les dictatures arabes sont traversées par des mouvements de contestation, le régime brutal et répressif d’Asmara compte bien endiguer toute tentative de déstabilisation. Il continue de tenir sa population à l’écart du Web, en employant diverses tactiques : barrières techniques et in…
Lire la fiche Erythrée »

France

Mise en place de la riposte graduée, législation prévoyant un filtrage administratif du Web, défense d’un Internet « civilisé », l’impact de récentes législations et déclarations sur la liberté de circulation de l’information en ligne suscitent de vraies inquiétudes. Plusieurs méd…
Lire la fiche France »

Libye

Les pays ennemis d’InternetAlors que la Libye est au bord de la guerre civile, le colonel Mouammar Kadhafi a lancé une violente offensive contre le Web. Les médias traditionnels sont depuis longtemps sous sa coupe. Les autorités cherchent à instaurer un black-out total de l’information pour étouffer la révolte et la ré…
Lire la fiche Libye »

Malaisie

Le rôle d’Internet et des nouveaux médias s’amplifie alors que la presse d’opposition fait les frais de la censure, et que le gouvernement tente de préparer le terrain médiatique en vue des élections. Nouveau projet de loi sur la sédition d’Internet, blogueurs et critiques toujours sous pressi…
Lire la fiche Malaisie »

Russie

L’année 2010 a vu la consécration d’Internet comme force vive de la société russe, de son impact sur la politique et l’actualité, alors que le gouvernement cherche à modeler le Net russe à sa guise. Une meilleure collaboration entre blogueurs, médias en ligne et certains médias traditionnel…
Lire la fiche Russie »

Sri Lanka

Les journalistes et médias en ligne continuent à être victimes de violences. L’impunité persiste, tout comme les réflexes de censure, quand l’incitation à l’autocensure ne suffit plus. Des réflexes de censure ? Des sites d’informations indépendants, LankaeNews, LankaNewsWeb, InfoLanka et S…
Lire la fiche Sri Lanka »

Thaïlande

La crise du printemps 2010 a eu des conséquences négatives sur la liberté d’expression en ligne provoquant l’instauration de l’état d’urgence et favorisant l’escalade de la censure. Le crime de lèse-majesté continue d’être instrumentalisé par les différentes factions contre leurs adversaire…
Lire la fiche Thaïlande »

Tunisie

L’un des pays les plus répressifs envers le Web sous Ben Ali, la Tunisie se réveille, au lendemain de la révolution, avec un Internet libre. La vigilance doit rester de mise tant que l’appareil de censure, surnommé Ammar 404, n’aura pas été totalement démantelé. Le rôle des réseaux socia…
Lire la fiche Tunisie »

Turquie

L’année 2010 a été marquée le très médiatisé déblocage du site de partage de vidéos YouTube, cela ne signifie pas pour autant la levée de la censure. Dans un pays où les sujets sensibles ou interdits sont nombreux, plusieurs milliers de sites restent inacessibles et les poursuites judicia…
Lire la fiche Turquie »

Venezuela

Le président Hugo Chávez, omniprésent dans les médias traditionnels, ne pouvait résister à la tentation de s’affirmer sur Internet et de réguler cet espace dont le contrôle lui avait jusqu’ici échappé. C’est légalement chose faite en 2010, dans un contexte de tension croissante entre le p…Lire la fiche Venezuela »

Les pays ennemis d’Internet

Parmi les pays déclarés « Ennemis d’Internet« , pas véritablement de surprise. Il ne s’agit que de pays dictatoriaux qui pratiquent en ligne une censure déjà existante dans tous les autres domaines de la société. En voici la liste, avec quelques explications :

Arabie saoudite

Une censure implacable continue de s’abattre sur le Net, seul espace où, ces dernières années, s’est développée une certaine forme de liberté d’expression. Toujours mobilisés, des cyberdissidents, surpris par les autorités en train d’exercer leur droit à la critique, paient le prix fort. …
Lire la fiche Arabie saoudite »

Birmanie

Les autorités ont pris des mesures drastiques en 2010 afin de réorganiser l’Internet birman et de se donner, à la prochaine crise, les moyens de couper l’accès de la Toile à la population, sans être elles-mêmes affectées. A l’approche des élections de novembre 2010, les premières depuis vi…
Lire la fiche Birmanie »

Chine

Exaspéré par l’attribution du prix Nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo, inquiet des risques de contagion des révolutions tunisienne et égyptienne, le gouvernement chinois renforce encore et toujours son emprise sur la Toile pour en faire un outil de consolidation du pouvoir. Une répression…
Lire la fiche Chine »

Corée du Nord

Kim Jong-Il tient soigneusement ses compatriotes à l’écart du reste du monde et de la Toile. Toutefois, en 2010, le pays a fait son entrée sur les réseaux sociaux, mais pour y mener sa guerre de propagande. Alors que le « Cher Leader » prépare sa succession, les premières connections directe…
Lire la fiche Corée du Nord »

Cuba

Le régime craint davantage les blogueurs que les dissidents traditionnels et a décidé d’étendre sa présence en ligne pour les contrer. L’arrivée dans l’île du câble vénézuélien à fibre optique donne désormais au régime les moyens d’améliorer la vitesse de la connexion et d’en diminuer…
Lire la fiche Cuba »

Iran

L’Iran a, cette année encore, intensifié la répression et la surveillance en ligne. En périodes de troubles et de manifestations, les autorités ont recours à des ralentissements d’Internet et à des coupures ou perturbations des réseaux de téléphonie. Le régime poursuit sa diabolisation de…
Lire la fiche Iran »

Ouzbékistan

Malgré la levée des sanctions par l’Union européenne fin 2009, le régime n’a pas relâché son emprise sur le Net, bien au contraire. Cet Etat policier continue de limiter la diffusion de l’information en ligne et d’empêcher toute tentative d’ébauche d’une société civile ? virtuelle ou non. …
Lire la fiche Ouzbékistan »

Syrie

Le manque d’infrastructure constitue toujours un obstacle au développement du Web. La nouvelle loi sur les médias en ligne renforce la censure, qui a, au tournant des années 2010 et 2011, cherché à étouffer l’information sur la chute des régimes tunisien et égyptien. Emblématique de la rép…
Lire la fiche Syrie »

Turkmenistan

Le gouvernement a mis un frein au tout récent développement d’Internet et continue de censurer à tout va. La reprise de monopole sur le marché des téléphones portables lui permet de renforcer son contrôle sur les communications. La communauté internationale semble davantage décidée à fair…
Lire la fiche Turkmenistan »

Viêt-Nam

Déjà précédé d’une nouvelle vague de répression sévère envers ceux qui exercent leur liberté d’expression, le 11ème Congrès du parti communiste, en janvier 2011, a marqué un raidissement du régime vis-à-vis de ses critiques. Une chape de plomb s’est abattue sur la dissidence. Les cyber…
Lire la fiche Viêt-Nam »

Les pays ennemis d’Internet

Parmi les pays déclarés « Ennemis d’Internet« , pas véritablement de surprise. Il ne s’agit que de pays dictatoriaux qui pratiquent en ligne une censure déjà existante dans tous les autres domaines de la société. En voici la liste, avec quelques explications :

Arabie saoudite

Une censure implacable continue de s’abattre sur le Net, seul espace où, ces dernières années, s’est développée une certaine forme de liberté d’expression. Toujours mobilisés, des cyberdissidents, surpris par les autorités en train d’exercer leur droit à la critique, paient le prix fort. …
Lire la fiche Arabie saoudite »

Birmanie

Les autorités ont pris des mesures drastiques en 2010 afin de réorganiser l’Internet birman et de se donner, à la prochaine crise, les moyens de couper l’accès de la Toile à la population, sans être elles-mêmes affectées. A l’approche des élections de novembre 2010, les premières depuis vi…
Lire la fiche Birmanie »

Chine

Exaspéré par l’attribution du prix Nobel de la paix au dissident Liu Xiaobo, inquiet des risques de contagion des révolutions tunisienne et égyptienne, le gouvernement chinois renforce encore et toujours son emprise sur la Toile pour en faire un outil de consolidation du pouvoir. Une répression…
Lire la fiche Chine »

Corée du Nord

Kim Jong-Il tient soigneusement ses compatriotes à l’écart du reste du monde et de la Toile. Toutefois, en 2010, le pays a fait son entrée sur les réseaux sociaux, mais pour y mener sa guerre de propagande. Alors que le « Cher Leader » prépare sa succession, les premières connections directe…
Lire la fiche Corée du Nord »

Cuba

Le régime craint davantage les blogueurs que les dissidents traditionnels et a décidé d’étendre sa présence en ligne pour les contrer. L’arrivée dans l’île du câble vénézuélien à fibre optique donne désormais au régime les moyens d’améliorer la vitesse de la connexion et d’en diminuer…
Lire la fiche Cuba »

Iran

L’Iran a, cette année encore, intensifié la répression et la surveillance en ligne. En périodes de troubles et de manifestations, les autorités ont recours à des ralentissements d’Internet et à des coupures ou perturbations des réseaux de téléphonie. Le régime poursuit sa diabolisation de…
Lire la fiche Iran »

Ouzbékistan

Malgré la levée des sanctions par l’Union européenne fin 2009, le régime n’a pas relâché son emprise sur le Net, bien au contraire. Cet Etat policier continue de limiter la diffusion de l’information en ligne et d’empêcher toute tentative d’ébauche d’une société civile ? virtuelle ou non. …
Lire la fiche Ouzbékistan »

Syrie

Le manque d’infrastructure constitue toujours un obstacle au développement du Web. La nouvelle loi sur les médias en ligne renforce la censure, qui a, au tournant des années 2010 et 2011, cherché à étouffer l’information sur la chute des régimes tunisien et égyptien. Emblématique de la rép…
Lire la fiche Syrie »

Turkmenistan

Le gouvernement a mis un frein au tout récent développement d’Internet et continue de censurer à tout va. La reprise de monopole sur le marché des téléphones portables lui permet de renforcer son contrôle sur les communications. La communauté internationale semble davantage décidée à fair…
Lire la fiche Turkmenistan »

Viêt-Nam

Déjà précédé d’une nouvelle vague de répression sévère envers ceux qui exercent leur liberté d’expression, le 11ème Congrès du parti communiste, en janvier 2011, a marqué un raidissement du régime vis-à-vis de ses critiques. Une chape de plomb s’est abattue sur la dissidence. Les cyber…
Lire la fiche Viêt-Nam »

Articles similaires :

Un Commentaire

  1. Retour PingConfusion, le blog de Nadia - SEXE: C’est bien, a dit Mao, mais pas trop souvent » Archive du blog » Bravo la France !

Laisser un commentaire

  • Social